lundi 31 juillet 2017

10 raisons pour lesquelles le minimalisme est en croissance·



"Voulez-vous changer le monde? Ensuite, changez-vous d'abord. " 
           - Sri Chinmoy 

joshua becker familly




JOSHUA BECKER écrit sur le sujet tous les jours. Il blog sur le minimalisme et lit des blogs sur le minimalisme. Il 
tweet à ce sujet et suit les autres qui tweet à ce sujet. Il a un blog tumblr consacré au sujet. Et il publit unnewsletter toutes les deux semaines pour les personnes influentes désirant promouvoir une vie simple.

Et le mouvement se développe ... presque tous les jours.



Heureusement, JOSHUA BECKER n'est pas le seul dans cette évolution. D'autres font également les mêmes observations ( Meet Generation M , The Rising Trend of Minimalist Marketing ). De nouveaux blogs apparaissent presque tous les jours. De nouveaux livres sont écrits à un rythme furieux. Et de plus en plus de gens sont attirés par le style de vie et adoptent des principes minimalistes.

Pour comprendre pourquoi, considérez ces 10 raisons pour lesquelles le minimalisme est en croissance, d'après JOSHUA BECKER :

1. Les aléas financiers dans le monde  : le chômage croissant, les salaires stagnants et la chute des prix des actions ont obligé les familles et les particuliers à réévaluer leurs achats. Beaucoup ont commencé à vivre avec des budgets plus serrés. En conséquence, de nombreux consommateurs choisissent de faire la différence entre les achats essentiels et non essentiels.

2. Préoccupation environnementale
- Beaucoup de gens choisissent de vivre une vie minimaliste par 
soucis pour l'environnement. Ils comprennent que moins de consommation équivaut à une moindre utilisation des ressources naturelles terrestres. Et ils choisissent de faire une différence plutôt que de rester passif.

3. Niveaux élevés de la dette personnelle - Après des années et des années de vie au-delà de nos moyens, les gens commencent à comprendre et à réfléchir. Beaucoup choisissent judicieusement de sortir du poids écrasant de la dette.  Et comme moyen d'atteindre cette fin, les gens choisissent d'acheter moins et d'économiser davantage. C'est une tendance qui, espérons-le, continue.

4. Sensibilisation sociale mondiale accrue - L'injustice, la pauvreté et la malnutrition ont toujours existé. Mais comme les nouvelles technologies ont rendu le monde plus petit en rendant les images / nouvelles mondiales plus accessibles, notre prise de conscience de la disparité a augmenté. Certains répondent à l'appel et utilisent leurs finances pour faire une différence à l'échelle mondiale en nourrissant la faim, en fournissant de l'eau potable propre, en luttant contre les épidémies et en apportant  la bonne parole partout où cela est nécessaire.

5. Art minimaliste / Design épuré moderne :   Le terme «art minimaliste» (utilisé pour la première fois en 1929) a connu sa croissance majeure au cours des années 1960 et 1970 en décapant l'art jusqu'aux caractéristiques fondamentales qui ont commencé à apparaître dans la peinture / la sculpture / la musique jusque dans le design  et l'architecture. Il est entré dans notre âme et a rendu l'idée de principes minimalistes plausibles comme mode de vie.

6. Les progrès informatiques - Les progrès informatiques ont rendu le minimalisme beaucoup plus facile que jamais. Aujourd'hui, les ordinateurs remplacent le besoin de CD, DVD, fichiers papier, albums photo, calendriers, calculateurs, livres, annuaires téléphoniques, cahiers, journaux, etc. La nécessité inhérente de conserver ces éléments physiques dans notre maison est une chose du passé. Dieu merci.

7. Les avantages  du minimalisme - À mesure que notre monde continue de croître en complexité, il existe une demande personnelle beaucoup plus grande pour plusieurs des avantages que le minimalisme offre. Le minimalisme offre une vie avec moins de stress, moins de distraction, plus de liberté et plus de temps. Tout ce que les gens recherchent désespérément plus que jamais. 

8. Plus de présence en ligne - Les partisans du style de vie minimaliste le rendent plus accessible et attrayant pour les autres en écrivant sur leurs expériences en ligne. Les blogueurs tels que Leo Babauta , Dave Bruno , Colin Wright et Tammy Strobel rendent plus facile que jamais de trouver des conseils, des encouragements et des inspirations pour un mode de vie minimaliste. On peut aussi citer coté francophone Judith Crillen, Béa Johnson, Mino, Raph, Elodie Joy, Lucile, Samantha, Vicky Payeur, Emmanuelle, ....etc...

9. Les nouveaux modes de vie  - Internet offre de nouveaux modes de vie. Les personnes ne doivent plus être attachées à un travail typique toute leur vie. D'innombrables personnes  choisissent de gagner leur vie en ligne. Et beaucoup d'entre eux choisissent le minimalisme pour rendre ce choix de style de vie plus accessibles. Après tout, voyager dans le monde devient beaucoup plus facile lorsque tous vos effets correspondent à un sac à dos.


10. La réalisation
 " vivre des expériences est mieux que posséder des objets " : Les annonceurs continuent de nous dire que notre prochain achat nous apportera satisfaction . Mais il y a une tendance croissante de personnes réfléchies qui commencent à voir à travers le mensonge et à contester cette affirmation. Ils ont essayé de trouver le bonheur à travers les possessions pendant le dernier boom économique ...mais sont  toujours insatisfaits ! ils commencent à chercher le bonheur et l'accomplissement ailleurs : les relations, les causes sociales et le sens de la vie ...



Dans le cas où vous êtes encore dans le doute
  de vouloir/pouvoir   vivre une vie minimaliste, il peut être utile de considérer ces raisons pour lesquelles le minimalisme augmente,  ces raisons  pour lesquelles   vous  devriez devenir un minimaliste.
 Après tout, il n'en faut qu'une... ...

vendredi 28 juillet 2017

Le papier VS le numérique !

Voici une réflexion d'Allyson :

" le minimalisme ne doit pas se faire au détriment de l'environnement, sinon c'est un non-sens...on ne "jette" pas! On donne, on vend, on recycle. Les tablettes de lecture et le cloud, c'est dématérialisé chez nous mais ça reste stocké dans des entrepôts informatiques qui sont un gouffre énergétique.
Alors je proposerais plutôt d'acheter les livres d'occasion puis de les revendre ou de s'inscrire à la bibliothèque et d'imprimer un album photos par an pour regrouper les photos auxquelles on tient vraiment et virer le numérique qu'on ne regarde jamais"

Les chaussettes ! !

Ma petite réflexion de ce matin :
une personne dit qu'elle a acheté toutes ses chaussettes identiques ( comme le préconise beaucoup de minimalistes) et que comme ça elle ne les regroupe plus 2 à 2 , elle met tout dans un tiroir et en choisit 2 au hasard le matin ...
nickel....moi aussi j'ai toutes mes chaussettes pareil comme ça c'est plus facile à ranger et quand une est trouée on peut réutiliser sa sœur....mais je n'avais jamais pensé que je n'étais plus obligé de les grouper par 2 
HALLUCINANT
et c'est là je me dis, qu'en fait on est tellement conditionné à faire certaines choses qu'on ne les remet jamais en questions....
et je suis sûre qu'il y a plein d'autres trucs qu'on continue à faire juste parce qu'on croit qu'on doit les faire....mais en fait , en fonction de sa propre organisation, on n'en as pas besoin !!

jeudi 27 juillet 2017

Devenir minimaliste en trois leçons - d’après Fumio Sasaki

1 / Arrêtez d’accumuler

Si vous avez dû acheter une seconde valise pour rapporter bibelots et breloques de votre dernier week-end à Marrakech, vous avez tout faux. Si vous collectionnez les sous-bocks ou les jouets McDo depuis votre plus tendre enfance, ou si vos armoires sont en « alerte avalanche » permanente, c’est mal. Le minimaliste ne s’encombre pas d’objets inutiles, il se limite à ce dont il a besoin pour dormir, manger, travailler et socialiser. Le reste est superflu. Jetez, on vous dit !

2 / Tirez parti du numérique

On peut tout numériser (ou presque). Vous n’écouterez donc plus jamais les vieux vinyles 33 tours de vos parents, ni ne revendrez leur collection de DVD. Tous vos livres ne sont que des nids à poussière, dont la version numérique fera tout aussi classe sur l’étagère virtuelle de votre iPad. Cloud et mobile sont de puissants réservoirs à souvenirs, et quasiment les seuls outils nécessaires pour apprendre, s’informer, communiquer et socialiser.

3 / Résistez

« Le minimalisme requiert une certaine dose de force de volonté et de pratique », prévient Sasaki, évoquant « l’aptitude à lâcher prise. » Dans les galeries marchandes ou sur le Web, les tentations seront nombreuses. Ignorez les publicités racoleuses et luttez contre la démangeaison consumériste. Les gadgets futiles (connectés ou non), décorations superflues et objets utilitaires que vous possédez déjà sont vos ennemis. Non, vous n’avez pas besoin d’un nouveau pyjama. D’ailleurs, vous n’avez pas vraiment besoin d’un pyjama.

Fumio Sasaki, auteur du livre Goodbye Things

mardi 11 juillet 2017

Mon minimalisme

Pour moi le minimalisme c'est :


définition de Sirène bio
définition de Judith Crillen


J'arrête de surconsommer !

dans le livre J'arrête de surconsommer de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken, on parle de minimalisme mais aussi beaucoup de zéro déchet et d'écologie



J'ai bien aimé la méthode BISOU et la conclusion. J'ai moins aimé le coté test du 1er chapitre qui nous fait presque passer les 57 premières pages et les points à coller, méthode qui ne me parle pas du tout .


La méthode BISOU ressemble un peu à la méthode des 5R de Bea Johnson pour le zéro déchet sauf qu'ici ceux sont les questions à se poser avant d'acheter un objet

B comme Besoin; quel type de besoin est-ce ?
I comme Immédiat; en ai-je besoin tout de suite ou  je réfléchie une semaine ?
S comme Semblable; puis-je utiliser autre chose que j'ai déjà ?
O comme Origine; est-il éthique, écolo ?
U comme Utile; est-il utile ? ou est-ce un plaisir raisonné ?

conclusion du livre
Je pense que ce livre peut être très intéressant pour quelqu'un qui cherche à connaître le minimalisme et le zéro déchet, un livre plus moderne et occidentale que les livres de Dominique Loreau et Konmari, mais aussi moins philosophique. Il donne également des pistes de réflexion sur la société actuelle, le marketing, le système bancaire, la publicité....pour arrêter de "se faire avoir" !
Il s'agit d'un minimalisme écolo, avec des astuces pour faire des économies. On n'y parle pas de désencombrement, de méthode de tri et/ou de rangement, ...on ne parle pas du poids des possessions, de la volonté de se libérer....pour moi ce n'est pas "mon" minimalisme, juste se simplifier la vie, être plus écolo et arrêter de surconsommer !
Seule la conclusion est la même.....

lundi 10 juillet 2017

Découvrez comment le minimalisme peut vous transformer.

Grégory  a fait le choix d'une vie minimaliste et a souhaité partager son expérience personnelle avec nous au travers de cet article. D'ailleurs, il tient lui-même un blog - Le Minimaliste - qui rassemble tous les thèmes abordés ici, sans oublier ses conseils.

Cet article a pour grand avantage de parler un peu de tout, d'insister sur la liberté gagnée.....et de nous rappeler comment on vivait avant internet et le téléphone portable...

Dossier : Le minimalisme, vivre mieux avec moins


mardi 4 juillet 2017

Bilan du mois de juin

Pour copier la talentueuse blogueuse Emm, je vais m'essayer à un petit bilan mensuel des entées/sorties...juste pour voir ! je ne suis pas aussi éthique qu'elle....juste minimaliste !

Je dois bien avouer que je n'ai pas beaucoup fait de tri ce mois-ci et qu'il ne reste plus des masses à trier non plus... mais il y a toujours quelques objets qui s'insinuent ou d'autres qu'on avaient gardé et qu'on finit par virer Hop dehors !

Ce que j'ai acheté ( hors consommables) =

- des baskets d'été pour Alexandre
- 2 souris gamer pour mes 2 garçons, il en rêvait !
- 1 Bande dessinée pour Romain , je ne vais pas lui refuser de la lecture !....et on profitera des vacances pour trier leurs livres
- 2 hand spinner pour offrir aux neveux
- des vêtements IKKS pour les garçons, y'a toujours besoin de vêtements IKKS ! mais tout est porté!
- 1 panier pour mettre le linge à repasser car j'avais viré l'ancien et j'en ai trouvé 1 aux dimensions de mon armoire



un panier en Feutrine La Redoute

IKKS

IKKS


Voilà....je vois que j'achète surtout pour les enfants ! 

Sinon on a aussi dépensé 1 WE Alsace- EuropaPark avec le Pixel Museum, 1 resto, l'hôtel, et le parc 

Hôtel Les Alizés à Lipsheim



Ce que j'ai donné =


- des crayons de couleur et des feutres en rab qu'on n'utilisera jamais
- des feuilles simples et doubles et des pochettes 17x22 cm que les enfants n'utiliseront plus à l'école donnés avec les crayons à ma belle-sœur qui a encore des petits
- un maillot de bain garçon trop petit
- un bob en plastique offert avec un parapluie qui traînait au fond d'un meuble
- 2 lanternes IKEA ( j'en avais 3 )
- 1 livre de recette offert que je voulais recaser en cadeau mais tant pis j'ai donné
-1 moule à gâteau qui ne convient pas
- une corbeille à papier dans la chambre des enfants qui était abîmée mais que je vais remplacer
-1 bac en plastique qui n'est plus utile
-2 carnets achetés pour rien !



Lanternes IKEA






mercredi 21 juin 2017

Posséder Ou Vivre Des Expériences

voici un article que j'ai n'ai pas écrit mais que je trouve très important.
Pour la première fois, je voie une explication tangible dans le fait que les expériences vécues rendent plus heureux que l'achat d'un objet.


Résultat d’Une Etude Sur La Possession


Une étude menée pendant 20 ans par un professeur de psychologie de la Cornell University, Dr Thomas Gilovich, a abouti à une conclusion claire et détonante : nous ne devrions pas dépenser notre argent pour des choses matérielles. L’ennui, avec les objets, c’est que le bonheur qu’ils produisent s’évanouit rapidement. Trois observations critiques viennent expliquer cet effet.
Nous nous habituons aux nouvelles possessions. Ce qui de prime abord était neuf et excitant entre rapidement dans la norme.
Nous ne pouvons nous arrêter de placer la barre plus haut. Les nouveaux achats engendrent de nouvelles expectatives. Dès que nous nous accoutumons à une nouvelle possession, nous en recherchons une autre, encore meilleure.
Nous trouvons toujours un point de comparaison. Les possessions, par nature, suscitent la comparaison. Nous achetons une nouvelle voiture et nous en sommes ravis jusqu’à ce qu’un ami en achète une meilleure, ce qui ne tarde jamais d’arriver puisqu’il se trouve toujours quelqu’un qui a les moyens de nous surpasser matériellement.
“L’un des ennemis du bonheur est l’adaptation”, explique le professeur Gilovich. “Nous achetons des choses pour faire notre bonheur, et nous y parvenons. Mais seulement pour un temps. Les nouvelles acquisitions sont excitantes pour nous au départ, jusqu’à ce que nous nous y adaptions”. Le paradoxe des possessions est que nous considérons que le bonheur reçu par le biais d’un achat va durer aussi longtemps que l’objet lui-même. Il semble évident qu’investir dans une chose que nous pouvons voir, entendre et toucher de manière permanente est le meilleur des investissements. C’est une erreur de penser ainsi. 
La force des expériences
Gilovich et d’autres chercheurs ont découvert que les expériences, aussi brèves qu’elles puissent être, résultent en un bonheur plus durable que celui provoqué par les objets. Tentons de comprendre pourquoi.
Les expériences deviennent une part de notre identité. Nous ne sommes pas nos possessions, mais nous sommes l’accumulation de tout ce que nous avons vu, des choses que nous avons faites, et des endroits où nous sommes allés. Acheter une Apple Watch ne changera pas ce que vous êtes ; en revanche, prendre une pause loin du travail pour une randonnée dans les Basses Gorges du Verdon le fera certainement.
“Nos expériences sont une part de nous-mêmes bien plus grande que ne le sont nos possessions matérielles”, observe Gilovitch. “Il se peut que vous aimiez beaucoup ce que vous possédez. Il se peut même que vous pensiez qu’une partie de votre identité est liée à ces choses, mais elles n’en demeurent pas moins séparées de vous. En opposition, vos expériences représentent vraiment une partie de vous. Nous sommes la totalité de nos expériences.”
Les comparaisons importent peu. Nous ne comparons pas les expériences de la même manière que nous comparons les objets. Dans une étude d’Harvard, lorsqu’il a été demandé à des personnes si elles préféreraient avoir un salaire élevé qui serait plus bas que celui des gens de leur âge, ou un salaire bas qui serait plus élevé que celui des gens de leur âge, une bonne partie des interrogés n’étaient pas sûrs de leur réponse. Mais lorsqu’il leur a été posé la même question au sujet de la longueur de leurs vacances, la plupart a choisi de plus longues vacances, même si elles étaient plus courtes que celles des autres. Il est difficile de quantifier la valeur de deux expériences, ce qui rend les expériences plus appréciables. 
L’anticipation importe.
Gilovich a également étudié le principe de l’anticipation, et a découvert que l’anticipation d’une expérience provoque de l’excitation et de la joie, alors que l’anticipation créée par l’attente d’une possession provoque de l’impatience. Les expériences sont appréciables dès le tout premier moment de leur organisation, et le sont toujours lorsqu’elles prennent la forme du souvenir que vous en retenez. 
Les expériences sont instantanées (ce qui est une bonne chose).
Vous est-il déjà arrivé d’acheter quelque chose qui ne soit pas du tout aussi génial que ce à quoi vous vous attendiez ? Une fois que vous l’achetez, la chose reste là sous vos yeux, vous rappelant votre déception. Et même si un achat vous satisfait, les “regrets de l’acheteur” peuvent s’installer : “Oui, c’est sympa, mais ça ne valait probablement pas une telle dépense.” Cela ne nous arrive pas aussi souvent, avec les expériences. Le fait même qu’elles ne durent que pour un court moment participe du fait que nous leur accordons tant de valeur, et que cette valeur tend à augmenter avec le temps. 
Ce qui perdure 
Gilovich et ses collègues ne sont pas les seuls à croire que les expériences nous rendent plus heureux que les objets. Dr. Elizabeth Dunn, de l’University de la Colombie-britannique a également étudié le sujet. Elle associe le bonheur temporaire ressenti en achetant des choses à ce qu’elle appelle “des flaques de plaisir.”
En d’autres mots, il s’agit d’un genre de bonheur qui s’évapore rapidement et nous laisse sur notre faim. Les objets peuvent durer plus longtemps que les expériences, mais les souvenirs qui nous restent à l’esprit sont ce qui a le plus de valeur

source : www.forbes.fr

mardi 20 juin 2017

Quand le Flow devient minimaliste...




Depuis quelques temps je lis le magazine Flow. C'est la plus belle idée que j'ai eu depuis longtemps. Cela fait un moment que je cherche le magazine à lire. J'en ai découvert plusieurs et bof...jusqu'au jour où je découvre le Flow...

A la base c'est un magazine hollandais (encore 1 point pour les pays nordiques que j'adore!). Je crois vraiment qu'on pense différemment dans ces pays du froid . Et c'est plutôt un compliment! 

On y parle de pensées positives, de comportements bienveillants, d'introspection, de zen, d'écologie et aussi de minimalisme. On pourrait croire encore un truc de psycho couleur green, mais non. C'est juste la vie de tous les jours, écrit simplement. Il ne porte pas d'étiquette, il parle de tout à sa façon. Il parle de la vie, du bonheur. Et aussi d'art. mais rien de pompeux !
Ça change des magazines féminins, mode, people et strass que je déteste il faut l'avouer. C'est le magazine que je cherchais, et que je ne trouvais pas,....et tout ça avec de superbes dessins.




Ce mois-ci, j'ai repéré un article minimaliste sur le minsgame. Le jeu des minimalistes. Pour moi la plupart des articles du Flow vont dans le sens de mon minimalisme. Je retrouve beaucoup d'échos à laurent Gounelle. Le bonheur se trouve dans les choses ordinaires. On est tous fait pour quelque chose qui nous rendra heureux. Le bonheur n'est pas dans les objets. Le bonheur n'est pas des choses et des plaisirs futiles. Le bonheur est en nous. Le bonheur doit être notre quotidien...etc...

le Flow


 Donc dans ce dernier numéro, le Flow nous parle, entre autres, du minsgame :




J'ai bien aimé les photos, les adresses pour aider à donner ou vendre mais j'ai moins aimé la non-compréhension de l'auteur qui se demande pourquoi après tout ne pas garder tous ces souvenirs dans des cartons à partir du moment qu'ils sont bien rangés et  pas en vue OOOHHHHHH!! je pense que l'auteur n'est pas minimaliste et a voulu ouvrir le sujet en posant cette question rhétorique à faire hurler un minimaliste. Je nous vous ferai pas l’affront de répondre à vous, minimalistes... juste un peu pour les autres. Le but de désencombrer est aussi de chasser tous ces objets de son esprit. Un carton même bien rangé au fond de la cave reste dans notre tête et peut resurgir de temps en temps et ça, ben, on n'aime pas, nous, les minimalistes !






Toutes les photos viennent du dernier Flow que je vous encourage à lire tellement il est trop bien !!!!!
et les suivants...