vendredi 6 octobre 2017

JUSTE AU CAS OU

Souvent, on conserve les choses dont on aura besoin, « au cas où« .
On ne les abandonne pas car on se projette dans un futur potentiel qui n’existe pas où peut-être, il est possible qu’on en ait besoin. 

Julian
 @leminimalisme.fr/


mercredi 27 septembre 2017

Avoir un coussin de sécurité ?

Réflexion trouvé sur le net, traduite de l'anglais :

"Fondamentalement, le minimalisme est en grande partie quelque chose que les personnes aisées peuvent se permettre de poursuivre, car leur richesse offre un coussin de sécurité.
S'ils se débarrassent de quelque chose, ils en ont besoin plus tard, ils l'achèteront à nouveau.
Ils n'ont pas besoin de porter beaucoup d'autre chose en dehors d'un porte-monnaie quand ils sortent; s'ils ont besoin de quelque chose, ils vont juste l'acheter à la volée. Pas de transpiration.
Si vous n'êtes pas si flexible, des doublons de vos possessions peuvent être nécessaires, même si ces sauvegardes ruinent l'esthétisme de posséder seulement 100 possessions."

à méditer.....


mardi 26 septembre 2017

Les minimalistes sont-ils matérialistes ?



Selon l’étymologie, le matérialisme est lié à la matière.

Selon le sens courant, le matérialisme signifie l’attachement aux biens matériels et l’absence d’idéal.

Dans notre société moderne, les matérialistes sont ceux qui achètent, qui sur-consomment, qui s'attachent à leurs acquisitions, qui pensent trouver le bonheur dans leurs achats, ....

Les minimaliste au contraire veulent vivre avec moins d'objets. Ils désencombrent. Ils réduisent leurs achats. Ils n'achètent que ce qui est utile, ce qui apporte une plus-value dans leur vie, et aussi les objets qui leur permettent de vivre des expériences. 
Ils ne s’attachent pas aux objets en tant que tels. Ils n'aiment pas les objets mais leur utilité. Si l'objet vient à casser, il suffit de le remplacer ( ou pas). 

Le minimaliste aime s'entourer de beaux objets. Il peut passer du temps à la recherche de l'objet idéal(pratique, esthétique, éthique,...). On peut alors se demander si le minimaliste n'est pas un matérialiste déguisé. Il recherche toujours autant le bonheur autour de l'objet. C'est là qu'est le piège. Au lieu de se détacher de la consommation, on ne pense qu’à ça et on devient complètement obsédés.
Le minimalisme est beaucoup plus que le fait de désencombrer et de posséder moins. Si l’apprenti minimaliste ne passe pas à l'étape supérieur, il risque de rester focaliser sur les objets, et ce n'est vraiment pas le but...
Il faut réussir à se détacher de tout ça !

Le désencombrement et le choix de nouveaux objets, est en général la porte d’entrée vers ce mode de vie car la plus tangible et accessible.
Mais si on s’y intéresse vraiment, on se rend compte à quel point ça peut devenir un vrai art de vivre qui touche à toutes les facettes de notre existence : style personnel, alimentation, carrière professionnelle, éducation des enfants, relation aux autres…

L'accent mis sur le désencombrement, du moins à court terme, peut se révéler plutôt matérialiste. Indépendamment de la quantité, se concentrer sur les possessions est le matérialisme.
Nous risquons le plus souvent de minimiser le minimalisme lorsque nous appliquons ses indications pratiques sans embrasser la philosophie de la simplicité dans son ensemble.

Je crois que de nombreux minimalistes évitent les extrêmes et se concentrent sur "vivre mieux", mais parfois les gens ne voient rien de plus qu'un matérialisme inversé ....
Le minimalisme qui a mal tourné peut être une vie également centrée sur les biens matériels, et c'est ce qu'il faut éviter.


Ne lutter pas pour une maison parfaite comme dans les magazines.
Vous avez de meilleures choses à faire avec votre temps.
Concentrez-vous sur votre plus grand but, plutôt que Stuff ou Not Stuff.

jeudi 14 septembre 2017

“Does it spark joy?”

I can’t help but bristle at the phrasing because the question “Does it spark joy?” may actually rob tidying up of its fullest potential in our lives. (becoming minimalist)



Becker suggère que la question de Marie Kondo "est-ce que ça m'apporte de la joie?" n'est pas la bonne question à se poser quand on désencombre, parce qu'elle peut laisser sous-entendre que la consommation d'objets de meilleure qualité par exemple, ou que le plaisir personnels devraient être au centre du processus... 

Son point de vue à lui est un peu plus engagé. Le thème sous-jacent de son oeuvre est d'arrêter de nous centrer uniquement sur notre bonheur, notre consommation, et de plutôt requestionner notre rapport individuel à la consommation, pour retrouver du sens dans l'engagement qu'on peut faire envers autrui, la communauté. 

Il fait la proposition que si on nous en laisse la chance, la plupart d'entre nous ne sommes pas juste intéressés par notre propre nombril, mais aurions envie de contribuer davantage à un monde meilleur. 

Il suggère donc de désencombrer en se posant la question "Est-ce que cet objet contribue à ce que ma vie ait un but plus noble?" ou "Est-ce que cet objet contribue au but le plus noble que je veux donner à ma vie?"... 

Tout au long de son livre, il suggère de donner aux bonnes œuvres, de se demander si d'autres que nous qui sont dans le besoin ne pourraient pas faire un meilleur usage de ce que nous avons tendance à garder "juste au cas"... 

Il encourage donc à la fois à se libérer des objets qui nous minent l'existence parce qu'ils nous coûtent cher en temps, énergie, argent et solutions de rangements (!) mais aussi qui peuvent servir à d'autres et nous rendre plus heureux dans le don qu'on peut en faire...


explication de Maryline, merci


jeudi 7 septembre 2017

"comme on déménage, autant prendre plus grand! "



Ah oui quand même ! Bah oui si on déménage autant plus polluer, avoir plus de ménage à faire, avoir plus de places pour stocker des trucs inutiles, payer plus de chauffage, payer plus d'impôts...etc...
Cette phrase est née de la vision linéaire ascendante que toute personne a, comme une marque de réussite sociale ; on prend d'abord un petit appart puis un plus puis une maison puis une villa....car notre habitation doit refléter ce qu'on peut se payer.....et non pas ce que l'on souhaite .
Bien sûr je n’adhère pas du tout à cela, j'ai d'ailleurs choisi de vivre dans un modeste appartement pour ne pas passer mes journée à astiquer ou devoir me payer une femme de ménage et profiter de mon temps et de mon argent autrement.

Et un déménagement est une super occasion pour une Packing Party ?




mardi 29 août 2017

Les souvenirs vivent plus longtemps que les choses -James Wallman

Dans le dernier Flow, un article parle de James Wallman. Ce journaliste et écrivain britannique s'intéresse à la nouvelle tendance qui consiste à vivre plus d'expérience et à posséder moins . Ça vous rappelle quelque chose ?



Il explique que dans les années 50, après les frustrations et pénuries de la guerre, l'essor du capitalisme  et le début de la société de consommation, les gens voulaient plus car ils avaient tellement lutter pour des besoins primaires, ils voulaient ne plus manquer....sauf que le matérialisme a pris  le dessus....et on a fini par trop posséder. 
Il compare cela à l'obésité : à force de vouloir manger à sa faim après des temps de privation, on ne peut plus s'arrêter.
Et dans les 2 cas ce n'est pas bon pour notre santé !


J W explique que nous habituons très vite aux nouveaux objets et en voulons toujours plus. En revanche chaque moment vécu est unique et rend heureux. Et le plus important, les expériences créent du lien .


Pour J W il est nécessaire de se débarrasser de ses affaires. Il faut posséder que les objets qui servent à vivre des expériences ( hors ceux d'utilité courante). Par exemple, si vous aimez regarder des films, achetez un grand écran; si vous aimez les randonnées, achetez vous une bonne paire de chaussure de randonnée...etc...mais ne vous encombrez pas d'habits que vous ne portez plus, de livres déjà lus, de chargeurs d'appareils qui ne fonctionnent plus, d'objets sentimentaux...



Pour profiter des expériences, il faut les vivre pleinement, s'immerger totalement. Est-ce que je préférerais faire autre chose que ce que je suis en train de faire ? Suis-je en train de penser à hier ou à demain plutôt qu'à maintenant ? Est-ce que je fais cela pour moi même ou pour impressionner les autres ? 



James Wallman est l'auteur du livre Stuffocation : living more with less





lundi 31 juillet 2017

10 raisons pour lesquelles le minimalisme est en croissance·



"Voulez-vous changer le monde? Ensuite, changez-vous d'abord. " 
           - Sri Chinmoy 

joshua becker familly




JOSHUA BECKER écrit sur le sujet tous les jours. Il blog sur le minimalisme et lit des blogs sur le minimalisme. Il 
tweet à ce sujet et suit les autres qui tweet à ce sujet. Il a un blog tumblr consacré au sujet. Et il publit unnewsletter toutes les deux semaines pour les personnes influentes désirant promouvoir une vie simple.

Et le mouvement se développe ... presque tous les jours.



Heureusement, JOSHUA BECKER n'est pas le seul dans cette évolution. D'autres font également les mêmes observations ( Meet Generation M , The Rising Trend of Minimalist Marketing ). De nouveaux blogs apparaissent presque tous les jours. De nouveaux livres sont écrits à un rythme furieux. Et de plus en plus de gens sont attirés par le style de vie et adoptent des principes minimalistes.

Pour comprendre pourquoi, considérez ces 10 raisons pour lesquelles le minimalisme est en croissance, d'après JOSHUA BECKER :

1. Les aléas financiers dans le monde  : le chômage croissant, les salaires stagnants et la chute des prix des actions ont obligé les familles et les particuliers à réévaluer leurs achats. Beaucoup ont commencé à vivre avec des budgets plus serrés. En conséquence, de nombreux consommateurs choisissent de faire la différence entre les achats essentiels et non essentiels.

2. Préoccupation environnementale
- Beaucoup de gens choisissent de vivre une vie minimaliste par 
soucis pour l'environnement. Ils comprennent que moins de consommation équivaut à une moindre utilisation des ressources naturelles terrestres. Et ils choisissent de faire une différence plutôt que de rester passif.

3. Niveaux élevés de la dette personnelle - Après des années et des années de vie au-delà de nos moyens, les gens commencent à comprendre et à réfléchir. Beaucoup choisissent judicieusement de sortir du poids écrasant de la dette.  Et comme moyen d'atteindre cette fin, les gens choisissent d'acheter moins et d'économiser davantage. C'est une tendance qui, espérons-le, continue.

4. Sensibilisation sociale mondiale accrue - L'injustice, la pauvreté et la malnutrition ont toujours existé. Mais comme les nouvelles technologies ont rendu le monde plus petit en rendant les images / nouvelles mondiales plus accessibles, notre prise de conscience de la disparité a augmenté. Certains répondent à l'appel et utilisent leurs finances pour faire une différence à l'échelle mondiale en nourrissant la faim, en fournissant de l'eau potable propre, en luttant contre les épidémies et en apportant  la bonne parole partout où cela est nécessaire.

5. Art minimaliste / Design épuré moderne :   Le terme «art minimaliste» (utilisé pour la première fois en 1929) a connu sa croissance majeure au cours des années 1960 et 1970 en décapant l'art jusqu'aux caractéristiques fondamentales qui ont commencé à apparaître dans la peinture / la sculpture / la musique jusque dans le design  et l'architecture. Il est entré dans notre âme et a rendu l'idée de principes minimalistes plausibles comme mode de vie.

6. Les progrès informatiques - Les progrès informatiques ont rendu le minimalisme beaucoup plus facile que jamais. Aujourd'hui, les ordinateurs remplacent le besoin de CD, DVD, fichiers papier, albums photo, calendriers, calculateurs, livres, annuaires téléphoniques, cahiers, journaux, etc. La nécessité inhérente de conserver ces éléments physiques dans notre maison est une chose du passé. Dieu merci.

7. Les avantages  du minimalisme - À mesure que notre monde continue de croître en complexité, il existe une demande personnelle beaucoup plus grande pour plusieurs des avantages que le minimalisme offre. Le minimalisme offre une vie avec moins de stress, moins de distraction, plus de liberté et plus de temps. Tout ce que les gens recherchent désespérément plus que jamais. 

8. Plus de présence en ligne - Les partisans du style de vie minimaliste le rendent plus accessible et attrayant pour les autres en écrivant sur leurs expériences en ligne. Les blogueurs tels que Leo Babauta , Dave Bruno , Colin Wright et Tammy Strobel rendent plus facile que jamais de trouver des conseils, des encouragements et des inspirations pour un mode de vie minimaliste. On peut aussi citer coté francophone Judith Crillen, Béa Johnson, Mino, Raph, Elodie Joy, Lucile, Samantha, Vicky Payeur, Emmanuelle, ....etc...

9. Les nouveaux modes de vie  - Internet offre de nouveaux modes de vie. Les personnes ne doivent plus être attachées à un travail typique toute leur vie. D'innombrables personnes  choisissent de gagner leur vie en ligne. Et beaucoup d'entre eux choisissent le minimalisme pour rendre ce choix de style de vie plus accessibles. Après tout, voyager dans le monde devient beaucoup plus facile lorsque tous vos effets correspondent à un sac à dos.


10. La réalisation
 " vivre des expériences est mieux que posséder des objets " : Les annonceurs continuent de nous dire que notre prochain achat nous apportera satisfaction . Mais il y a une tendance croissante de personnes réfléchies qui commencent à voir à travers le mensonge et à contester cette affirmation. Ils ont essayé de trouver le bonheur à travers les possessions pendant le dernier boom économique ...mais sont  toujours insatisfaits ! ils commencent à chercher le bonheur et l'accomplissement ailleurs : les relations, les causes sociales et le sens de la vie ...



Dans le cas où vous êtes encore dans le doute
  de vouloir/pouvoir   vivre une vie minimaliste, il peut être utile de considérer ces raisons pour lesquelles le minimalisme augmente,  ces raisons  pour lesquelles   vous  devriez devenir un minimaliste.
 Après tout, il n'en faut qu'une... ...

vendredi 28 juillet 2017

Le papier VS le numérique !

Voici une réflexion d'Allyson :

" le minimalisme ne doit pas se faire au détriment de l'environnement, sinon c'est un non-sens...on ne "jette" pas! On donne, on vend, on recycle. Les tablettes de lecture et le cloud, c'est dématérialisé chez nous mais ça reste stocké dans des entrepôts informatiques qui sont un gouffre énergétique.
Alors je proposerais plutôt d'acheter les livres d'occasion puis de les revendre ou de s'inscrire à la bibliothèque et d'imprimer un album photos par an pour regrouper les photos auxquelles on tient vraiment et virer le numérique qu'on ne regarde jamais"

Les chaussettes ! !

Ma petite réflexion de ce matin :
une personne dit qu'elle a acheté toutes ses chaussettes identiques ( comme le préconise beaucoup de minimalistes) et que comme ça elle ne les regroupe plus 2 à 2 , elle met tout dans un tiroir et en choisit 2 au hasard le matin ...
nickel....moi aussi j'ai toutes mes chaussettes pareil comme ça c'est plus facile à ranger et quand une est trouée on peut réutiliser sa sœur....mais je n'avais jamais pensé que je n'étais plus obligé de les grouper par 2 
HALLUCINANT
et c'est là je me dis, qu'en fait on est tellement conditionné à faire certaines choses qu'on ne les remet jamais en questions....
et je suis sûre qu'il y a plein d'autres trucs qu'on continue à faire juste parce qu'on croit qu'on doit les faire....mais en fait , en fonction de sa propre organisation, on n'en as pas besoin !!